Beatch, Banksy, Blek le rat… Théâtre urbain ?

ChBeatch 7Une grande paire de … batte de baseball dans la calandre … C’est le spectacle donné à voir, ce matin d’avril 2013: Au détour d’un pont, boulevard de La Valoine, une superbe Alice armée d’une batte de Banksy4base-ball tachée de sang, tatouée au bras « life is a joke », semblait guetter les voitures.  Sur la route du boulot, ce matin là, les yeux encore bien ébouriffés, cette vision m’a arraché un sourire… « life is a joke » …. L’œuvre était indirectement signée… Ailleurs dans Limoges, d’autres pochoirs, portent  cette même inscription.. Chriistian Beach en est l’auteur.  … il suffit de chercher !!      Ouvrir les yeux sur ce monde de la rue; percevoir l’invisible. Attention !!, l’œuvre est éphémère …Qu’ont-ils voulus dire ? Du tagueur malhabile qui laisse son blase de préférence où la nuisance n’est appréciée que de ses congénères à l’artiste confirmé, formé, en révolte des maux de son temps, inspiré du lieu, fait naître de sa pulsion un cri, qui souvent prend la forme d’un personnage armé d’un message. La force de l’art urbain, réside, à mon avis, dans la synchronisation entre la pulsion de l’artiste et notre envie de beauté, de bousculade,… de réagir. A la recherche des œuvres de Chriistian Beach sur les rues de Limoges… là Wendy discutant avec la fée clochette, armée d’une tapette, ou encore, ici, Pinocchio sur les chemins de traverse portant une grenade …. on ne peut s’empêcher de penser à Banksy, le graffer Londonien. Les pochoirs sans doute, l’engagement sûrement, mais également l’humour, la beauté et la poésie… MissTic1 un regret, toutefois, de voir ces œuvres s’emprisonner dans les produits dérivés. Mais « faut bien vivre !! » …Inutile de remonter à la genèse de cet art; çà nous mènerait immanquablement à Lascaux …Et on va pas Ernest.Pignon-Enest 2risquer de se retrouver nez-à-nez avec un gros joufflu barbu, armé d’une massue (ou il n’y aurait pas marqué « life is a joke »). Donc sans remonter si loin, faisons halte dans les années 80, où le graffeur pochoiriste français, Blek le rat,  initiait l’art urbain. Osez l’errance sur le net (et encore mieux… dans la rue), à la découverte des Tagueurs.

La toile regorgent de ces talents …. des plus connus comme Miss Tic, ou encore Ernest Pignon-Enest, un des locataire de La Ruche. …. aux milliers de talents inconnus, qui, au fil du paysage urbain, égrainent leurs œuvres…

On se prend à rêver, à envier cet art libre, insolent, à ce théâtre sur et hors les murs. Le théâtre est partout, ou plutôt j’aime à le savoir partout. Les graffeurs nous proposent des personnages, des histoires, donnent vie à des lieux improbables. Leurs messages sont sans équivoques, purs …

Merci, Chriistian, pour le coup de batte de base-ball dans la calandre … à bientôt, j’espèreNantes 2